Prudhomat. Le château de Castelnau-Bretenoux

Le château de Castelnau-Bretenoux à Prudhommat dans le LotAvec sa position dominante, le château de Castelnau-Bretenoux surveille la Dordogne et 2 de ses affluents.

Tel un gardien, son imposante silhouette médiévale peut être aperçue à plusieurs lieues.

Avec ses nombreuses pierres chargées en oxyde de fer, le château arbore de multiples nuances de couleur. Au gré des saisons et de l’ensoleillement, le château tel un caméléon, passe de l’ocre à l’amarante.

Et pourtant ce château aurait pu tomber en ruine à la fin du XIXe siècle, si un passionné ne l’avait pas racheté pour le restaurer.

LOC-G2Depuis le bourg de Prudhomat, emprunter le RD43 en direction de Saint-Michel-Loubejou sur un bon kilomètre. Puis sur la gauche, s’ouvre le parking du château. Il est préférable de garer sa voiture à cet endroit. Car il y a très peu stationnement devant le château, pour ne pas dire aucun. Les 200 derniers mètres en fortes pentes se font donc à pied.  

Le château de Castelnau BretenouxUn château fort

Le château de Castelnau Bretenoux est une belle représentation du château fort médiéval. Il possède tout l’arsenal de défense pour tenir un siège : muraille, tours défensives, donjon, fossé et j’en passe.

De surcroît, il profite d’une faille naturelle lui permettant d’être positionné à l’extrémité d’un plateau rocheux formant un éperon.

Cette position idéale lui permet de contrôler les vallées où coulent pas moins de quatre rivières : la bave, la cère, affluents de la Dordogne et le Mamoul.

Lorsque vous arrivez devant le château, l’enceinte basse forme une haute muraille d’une longueur de 250 mètres comprenant 6 tours semi-cylindriques et 3 bastions en éperon.

Entrée de l'enceinte basse du château de Castelnau BretenouxAccessible par un rampe, la seule entrée se situe au sud. Cette dernière se compose d’une porte charretière surmontée par des mâchicoulis. Autrefois, une herse et un assommoir complétait cette pièce de défense.

Une fois passée cette porte, la billetterie se trouve tout de suite à droite.  Vos billets en poche, la rampe se prolonge et vous amène dans les lices du château. Dans l’attente de votre tour de visite, il vous est possible de déambuler dans ces lices pour admirer le château depuis l’exterieur.

Pour schématiser, le château s’inscrit dans une enceinte triangulaire de 80 m de côté environ, renforcée par une fausse-braie. Au nord-est de ce triangle se situe l’imposante tour militaire dite « Tour de l’artillerie » d’un diamètre de 14 mètres. Au nord-ouest, il y a également une tour ronde mais de taille moindre. Au Sud, 3 tours cohabitent, dont le donjon (turris) du XIIIe siècle culminant à 30 mètres.

Le château de Castelnau Bretenoux à Prudhomat dans le Lot

Le Châtelet du Château de Castelnau BretenouxSur le front Est du château, un pont dormant enjambe un profond fossé et vous mène au châtelet (corps de garde). Ce dernier est composée d’une tour d’entrée carré avec mâchicoulis et rainures de herse. Le châtelet est néanmoins fortement détérioré, car les tours rondes le précédent ont été partiellement arasées au XVIIe siècle et son pont-levis a été détruit à la fin du XVIIIe siècle.

La galerie des pierres

Passé la porte, la visite de l’intérieur du château commence. Sur votre gauche, les anciennes écuries servent de salle d’attente. Devant vous une galerie ouverte sur la cour intérieure du château et perpendiculaire à l’entrée expose une collection lapidaire ayant appartenu à Jean Mouliérat (dernier propriétaire privé du château) .

La galerie des pierres du château de Castelnau BretenouxLa galerie composée de différentes sculptures abritait auparavant un grand escalier classique, mais il fut détruit à la fin du XIXe siècle car son état de ruine menaçait. Un nouvel escalier au décor néogothique fut construit à la suite de cette galerie pour amener aux appartements.

J’ai retrouvé des cartes postales anciennes sur cette galerie appelée galeries des pierres.

La galerie des pierres du château de Castelnau BretenouxOn peut constater que le nombre de pièces exposées a légèrement diminué car une partie a été transférée dans les salles lapidaires que j’évoquerai un peu plus loin dans cet article.

Après avoir gravi l’escalier néogothique, une porte à droite s’ouvre sur le 1er étage du donjon avec une voûte sur arcs diagonaux, un escalier à vis dans un angle pour accéder à l’étage supérieur et une porte défensive accessible de l’extérieur par une échelle. Je reviendrai plus tard sur cette tour maîtresse, afin de poursuivre la visite des appartements.

Pour mieux comprendre la suite de la visite composée de 7 salles, il est important de parler du dernier propriétaire privé du château de Castelnau-Bretenoux :

Jean Mouliérat vers 1888Jean Mouliérat

A la fin du XIXe siècle, cet homme était un grand ténor à l’Opéra Comique de Paris. Originaire de Vers près de Cahors, sa fortune lui permis de s’offrir le château, de le restaurer et de le meubler avec des objets d’art. Il passa les 30 dernières années de sa vie à l’embellir pour lui redonner une seconde jeunesse.

Deux jours avant de mourir, Jean Mouliérat enregistra devant notaire la donation du château de Castelnau-Bretenoux et de toutes les collections réunies, en faveur de l’état. Mais cette donation fut assortie de clauses  particulières :

« Aucune modification ne pourra être apportée dans disposition actuelle des locaux : oratoire, salon Louis XIV, salon de Luynes, première antichambre, grande salle dite des États, petit oratoire y attenant, deuxième antichambre et chambre Renaissance contiguë ; ces pièces seront affectées dans leur état actuel au musée… Tous les objets données devront rester à perpétuelle demeure dans les immeubles où ils se trouveront, les tableaux et objets… ne pourront être changés de place à moins de circonstances graves, notamment les tableaux représentant monsieur Jean Mouliérat et mademoiselle Jeanne Myrtale, devront constamment occuper la place qui leur sera assignée…« 

L’antichambre est la première salle traversée, avec une lingère style Louis XIV, une armoire à fusil XVIIIe et un buffet à deux corps du XVIIe siècle.

Le Chambre de Madame Mouliérat au château de Castelnau-BretenouxSuit la chambre de Mme Mouliérat avec une cheminée sculptée du XVIe siècle provenant d’un manoir de Tauriac dans la vallée de la Dordogne.

On y trouve également un coffre gothique, une table à balustre reposant sur des patins, un lit d’apparat à colonnes du XVIe siècle, des armoires à décor en pointes de diamant, des chaises espagnoles à haut dossier recouvertes de cuir du XVIIe siècle et une tapisserie d’Aubusson du début XVIIIe siècle.

La chambre de Jean Mouliérat au château de Castelnau-BretenouxAprès la chambre de Madame, la visite se poursuit par la chambre de Jean Mouliérat.

Elle se compose de coffres, de sièges et de tables dans le style gothique et Renaissance. Le lit de repos Régence est du XVIIIe siècle. Des sculptures en bois sont également présentes : Ste Anne Trinitaire, Saint Sébastien et Sainte Catherine d’Alexandrie.

La chambre de Jean Mouliérat au château de Castelnau-BretenouxOn trouve aussi des éléments de retables flamands des années 1480-1530 et des éléments de vitraux remontés en panneau « Macédoine ».

Sur une vielle carte postale, cette chambre de Jean Mouliérat est resté à l’identique ou presque.

Reste à savoir, si la carte postale date d’avant sa mort. Cela expliquerait l’absence ou la présence de certains éléments dans le décor.

Dans sa globalité cette vaste pièce a conservé sa disposition d’origine.

Salle des étains et des faïences au château de Castelnau-BretenouxLa salle des étains et des faïences faisant suite comprend un mobilier du XVIIIe siècle.

Elle dispose également d’une tapisserie d’Aubusson du début XVIIIe siècle, de céramiques de fabriques françaises, et d’un lustre holandais à chandelles du XVIIIe siècle.

Les clichés ne sont pas évidents dans cette pièce plus étroite que les autres, car il faut se plaquer contre une mur pour ne pas avoir son ombre sur le mur du fond.

Salon de Luynes au château de Castelnau-BretenouxLe Salon de Luynes succédant à cette salle est plus spacieux. Il comprend une très belle cheminée du XVe siècle, une tapisserie flamande du XVIIe siècle, une stalle gothique d’église, une petite table Renaissance, le tout dans des riches décors peints rehaussés d’or.

J’apprécie beaucoup la cheminée avec son bel éclairage.

Salon Louis XIV au château de Castelnau-BretenouxLe salon Louis XIV, faisant suite possède une cheminée à trumeau, des boiseries peintes, un vieux parquet en noyer datant de la fin du XVIIe siècle une table de jeu Régence, des Tapisseries de Bruges du XVIIe siècle, une table à pieds tournés Louis XIII, et des fauteuils XVIII ème siècle.

Différentes photographies de Jean Moliérat en costume de scène sont exposées.

La salle de l'oratoire au château de Castelnau-BretenouxLa salle de l’oratoire est la dernière pièce à visiter et se trouve au 1er étage de la tour d’entrée. A l’origine, elle servait de salle de garde, mais Jean Mouliérat l’a reconverti en salle à manger d’apparat.

On y trouve un retable espagnol du XVe siècle, une vierge en majesté du XIIIe siècle, une vierge à l’enfant du XVe siècle, un vitrail de la crucifixion du XVe siècle provenant de la cathédrale de Quimper, des verrières d’anges musiciens, un panneau en albâtre anglais, des chaires et dais gothique flamboyant, et une table dressée avec un service en faïence de Sarreguemines.

Ainsi se termine la visite des appartements.

En sortant de la pièce, un couloir partant sur la gauche débouche sur la terrasse intérieure du château. Cette dernière est un endroit parfait pour une vue d’ensemble du château, dont voici un panoramique à 180° de gauche à droite :

Le donjon

Sur la gauche, le donjon du XIIIe & XIVe siècle domine la cour de ses 30 mètres de haut. Avec ses 7 mètres de côté, ses 3 étages, ses murs épais de 2 mètres et son escalier en vis maçonné desservant les 2 derniers niveaux, ce donjon me fait penser aux 2 tours médiévales  de Cardaillac : La tour de Sagnes et la tour de l’Horloge.

La chapelle castrale du château de Castelnau-BretenouxLa Tour de l’auditoire

A sa droite se trouve la tour de l’auditoire (bâtiment le plus ancien datant du XIIe siècle).

Outre ses 20 mètres de haut et ses 2 niveaux de caves, cette tour-résidence en pierre ferrugineuse se distingue surtout par ses baies à colonnettes de la aula du dernier étage (3 côtés extérieurs et 2 vers la cour du château).

La chapelle castrale et les logis

Dans le prolongement de la tour de l’auditoire, la chapelle castrale du XIVe siècle et un logis rejoignent l’enceinte nord-ouest. A droite du logis, l’enceinte a été percée pour créer un balcon avec une vue sur la Dordogne. A droite de cette ouverture, un logis complètement ruiné, est accolé perpendiculairement à l’enceinte.

Le château de Castelnau-BretenouxL’enceinte se prolonge sur une trentaine de mètres jusqu’à la pointe nord-est du château, ponctuée par une petite tour ronde fortement dégradée.

La Tour de l’artillerie

Avec ses 14 mètres de diamètre et ses 5 étages percés d’archères et de canonnières, la massive tour de l’artillerie termine ce panoramique.

Pour profiter d’un panoramique à 360°, le meilleur endroit se situe au centre de la cour. Pour cela il faut emprunter un escalier au milieu de la terrasse, débouchant sur la cour à proximité des salles lapidaires.

J’ai trouvé une photosphère conçue par Florent Degletagne permettant d’illustrer ce panoramique en 360°. Utiliser la boussole d’orientation pour faire pivoter l’image.

La cour peut paraître nue car elle est souvent utiliser pour des concerts en plein air. Néanmoins, cette cour fut par le passé aménagée en jardin, comme en témoigne ces vieilles cartes postales. J’ai essayé de les classer par date en fonction de la taille des palmiers !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour continuer la visite du château, j’opte pour un sens inverse des aiguilles d’une montre en commençant par les salles lapidaires.

Les salles lapidaires du château de Castelnau-BretenouxDans ces salles (anciens communs du château au XVIIe siècle) sont exposées différentes pièces de la collection éclectique de Jean Mouliérat, grand amateur d’art.

Cette collection lapidaire était auparavant exposée dans les jardins et dans la galerie couverte.

A noter que l’on peut observer les anciens fours à pain et pâtisserie.

Le tour de l'artillerie de château de Castelnau-BretenouxUne vue panoramique au sommet de la tour

En sortant des salles lapidaires, « à gauche toute » vers la tour de l’artillerie. Un petit escalier vous amène à l’entrée de la tour entre 2 niveaux.

L’escalier en colimaçon installé dans l’épaisseur du mur dessert tous les niveaux. On peut soit descendre sous la cour, dans une salle bien sombre percée d’archère-canonnières. Soit monter dans les étages autrefois habitées. On constate que le confort est spartiate, avec des salles toutefois pourvues de cheminées, de fenêtres à banquettes et de latrines.

Mais l’intérêt de cette tour massive de 14 mètres de diamètre et de 22 mètres de hauteur, c’est sa plateforme sommitale. Cette terrasse haut-perchée a été aménagé pour offrir un point de vue avec un maximum de sécurité. Un garde- corps circulaire est positionné à bonne distance du bord. On peut ainsi profiter d’une belle vue panoramique à 360 degrés.

Le château de Castelnau-BretenouxUne partie ruinée non-restaurée 

Après être redescendu, on longe l’enceinte nord-est sur une quinzaine de mètres. Une entrée permet d’accéder à une tour ronde dont l’intérieur est fortement endommagé. En effet, tous les planchers ont disparu et les cheminées sont habitées par les pigeons !

Une quinzaine de mètres plus loin, il faut contourner par la gauche un premier logis également ruiné.

Après l’avoir contourné, il suffit d’emprunter l’entrée d’un autre logis se trouvant en face. Ce dernier servait auparavant de cuisine et sert dorénavant aux expositions. Un escalier se trouvant immédiatement à droite, permet d’accéder au balcon se trouvant entre les 2 logis. Comme je l’indiquais précédemment, un grande ouverture percée dans l’enceinte permet d’admirer la vallée de la Dordogne depuis ce balcon.

La chapelle castrale du château de Castelnau-BretenouxAprès être redescendu au niveau de la cour, il suffit de se diriger vers le donjon. Avant d’y arriver, l’entrée de la chapelle castrale est sur votre droite. A l’intérieur, on peut y admirer deux travées voûtées de croisées d’ogives, avec des clefs de voûtes aux armes de Castelnau.

D’après des rapports du XIXe siècle, la chapelle était entièrement peinte. Malheureusement, ces fresques ont depuis disparu. Seul le mobilier gothique a réussi à nous parvenir en bon état.

Une fois ressorti, il ne vous reste plus que la salle basse du donjon à visiter avant de ressortir. Pour rappel, les étages supérieurs sont accessibles par le grand escalier classique.

Le château de Castelnau-BretenouxEt voilà, la visite du château se termine. Ensuite, Il vous est possible de déambuler dans les lices pour admirer le château depuis l’extérieur, si vous ne l’avez pas fait avant votre tour de visite.

Jean Mouliérat le bienfaiteur

Il faut bien prendre conscience que grâce à Jean Mouliérat, ce château n’est pas devenu un tas de ruine. De grandes familles influentes du Haut-Quercy s’étaient transmis successivement cette grande demeure seigneuriale pendant 5 siècles, avant d’être abandonné au XVIIIe siècle. En 1851, un incendie ravagea le château et lui infligea de sérieux dommages. Il fut revendu de nombreuses fois avant de trouver en Jean Mouliérat son heureux bienfaiteur.

Pour en savoir plus sur le château, je vous invite à cliquer sur l’un des 4 icônes ci-dessous. L’icône de gauche permet d’accéder au site web du château et notamment les tarifs.

Le site web du château de Castelnau-Bretenoux  Wiki-On

Ci-dessous quelques-une de mes photos :

  • utilisez les flèches pour naviguer
  • cliquez sur les vignettes pour afficher
  • cliquez sur l’agrandissement pour ouvrir

J’espère que mon article vous incitera à venir visiter ce château médiéval.

Pour en savoir plus sur les châteaux du Lot et consulter une liste non-exhaustive des châteaux et des fortifications du département, vous pouvez lire un de mes anciens articles intitulé :

Lot. Châteaux et Fortifications.