Saint-Pierre-Toirac. La cazelle double des Cazelles Longues

La cazelle double de Saint-Pierre-Toirac (Les Cazelles Longues)Isolée dans les bois, cette cazelle double est peu connue. Seuls des randonneurs avertis viennent lui rendre visite. Et pourtant, cette cazelle vaut vraiment le déplacement.

Cette cazelle est en réalité, la fusion de 2 cazelles reliées entre elles par un passage sous linteau.

Dans cet article, vous pourrez également admirer virtuellement cette cazelle double, puisque j’ai crée une vidéo immersive à l’aide d’une GoPro.

LOC-H5Le village de Saint-Pierre-Toirac est à mi-chemin entre Cajarc & Figeac par la RD662 et se trouve avec ses plaines agricoles, au coeur de la vallée du Lot. Pour se rendre aux Cazelles Longues, il faut empruntez la RD 18 en direction de Béduer sur 2 Kilomètres. Puis, dans un virage tournant à gauche à la suite d’une ligne droite, prendre sur la droite un chemin s’enfonçant dans les bois. Au bout de 200 mètres, prendre à gauche à la patte d’oie. La cazelle double se trouve une centaine de mètres plus loin.

Les randonnées lotoisesC’est en consultant le site http://www.randonnees-lotoises.net/ que j’ai eu connaissance de l’existence de cette cazelle double. En effet, sur le circuit n°13 intitulé « Circuit de Saint-Pierre-Toirac » ou « Circuit des Cazelles Longues« , une variante a attiré mon attention. A la vue de leurs 2 photos de la cazelle double (en lien cliquable sur leur carte), j’ai tout de suite été motivé pour une petite excursion dans le secteur des Cazelles Longues.

Chemin menant à la Cazelle double de Saint-Pierre-Toirac (Les Cazelles Longues)« Les Cazelles Longues »

Ce lieu-dit porte bien son nom puisque de nombreuses cazelles sont présentes. Imaginez que dans l’heure qui a précédé les clichés de mon objectif principal, j’ai pu photographier 4 cazelles et une gariotte. Je n’ai pas eu à chercher ces dernières, puisqu’elles étaient proches de la route. Si on rajoute les autres cazelles identifiées sur la carte IGN que je n’ai pas pu voir, ce lieu dit est un mine à ciel ouvert de cazelles ! L’origine du nom de ce lieu-dit pourrait également se justifier par la présence d’une ou plusieurs cazelles doubles.

Le plus dur : trouver le chemin

Concernant la cazelle double perdue dans les bois, la recherche a été différente. En effet, j’arrivais en voiture de Béduer et je suis passé devant le chemin sans le voir.

La cazelle double de Saint-Pierre-Toirac (Les Cazelles Longues)Le descriptif du circuit précise qu’il y a des murettes en pierre sèche le long du chemin. Effectivement, c’est le cas. Mais depuis le début des années 2000, le végétation a gagné du terrain (J’arrive à dater l’article, car sur la carte du site http://www.randonnees-lotoises.net/, le train touristique Quercyrail est mentionné, alors que la ligne a été désaffectée en 2003).

Aujourd’hui, les murettes sont recouvertes de mousses et sont masquées partiellement par des buissons. De plus, elles ne sont pas en très bon état et ressemblent par endroit à de vulgaires empilements de cailloux !

J’ai donc parcouru la route sur 2 kilomètres avant de me rendre à l’évidence qu’il me fallait faire demi-tour et ouvrir les 2 yeux…

Sous une belle lumière

Une fois sur le chemin, il ne faut que 5 minutes à pied pour se rendre à la cazelle double. Ce petit parcours dans les bois ne présente aucune difficulté.

En arrivant à la cazelle, c’est une large entrée qui nous accueille. De grands arbres en périphérie tamisent la lumière. Néanmoins, lorsque le soleil est à son zénith pendant la période estivale, un puits de lumière éclaire totalement notre sujet.

La forêt toute proche

L’ambiance sonore est de la plus agréable. En effet, la route se trouvant à une centaine de mètres est peu fréquentée. On peut apprécier le silence forestier ponctué de cri d’oiseaux et bercé par le bruissement des feuilles.

Ci-dessous, une courte vidéo vous permettant d’apprécier cette ambiance.

Extérieurement, on constate que la cazelle double est relativement bien conservée. Toutes les pierres semblent saines, à l’exception de quelques unes servant d’assise aux voûtes encorbellées.  Sur ces dernières, la mousse est là aussi bien présente.

Une belle fusion

La juxtaposition des 2 cazelles est bien réussie. Les murs et les voûtes fusionnent parfaitement sur un côté commun. On pourrait penser que cette cazelle double a été construite tel quel, et non par l’ajout d’une cazelle à une autre, tellement la jonction est bien réalisée.

L’évolution autour de la cazelle double est possible, mais la proximité d’arbres et d’arbuste de toutes sortes, ne permet pas de prendre un grand recul.

Frais et spacieux

Intérieurement, on ne se doute pas que les volumes sont biens vastes pour ce type de construction. Dès que l’on passe l’entrée principale (orientée Sud), la hauteur sous plafond (ou sous voûte) est importante. Des vieilles poutres sont présentes et témoignent d’un étage aujourd’hui disparu.

Sur la gauche en rentrant, il y a une niche à hauteur d’homme, ainsi qu’un caniveau pour évacuer tout liquide vers l’extérieur grâce à une encoche dans le mur. A droite, deux petites ouvertures sont présentes (orientation Est). On note également la différence de température avec l’extérieur. Il y régnerai même, une petite fraîcheur.

La voûte en encorbellement

On peut admirer en levant les yeux, la très belle voûte en encorbellement, avec son aération au faîtage.

La seconde cazelle est accessible exclusivement depuis l’intérieur de la première. Le passage sous linteau, est bien plus étroit que l’entrée principale, mais elle possède une dimension identique à la première, avec l’obscurité en plus !

Quels usages ?

Comme dans la première cazelle, de veilles poutres sont présentes. La seule ouverture dans le mur (orientée Est) et le passage étroit entre les deux cazelles, ne permettent pas d’éclairer correctement cette partie.

Quel était l’usage réservé à cette cazelle double : Remise pour les outils, étable pour les animaux, maison d’ouvrier ? Les étages servaient-ils de chambre ? Difficile d’y répondre…

Afin que vous puissiez admirer cette cazelle, je vous ai créé une vidéo de 7 minutes pour un tour complet de cette cabane en pierre sèche, au moyen d’une caméra GoPro Hero3+ fixée sur un stabilisateur 2 axes Feiyu Tech G3 Steady Gimbal.

A noter que la prise du vue en intérieur de la deuxième cabane en pierre sèche est moyenne, car ce modèle de GoPro n’excelle pas dans la pénombre.

Ci-dessous quelques-une de mes photos :

  • utilisez les flèches pour naviguer
  • cliquez sur les vignettes pour afficher
  • cliquez sur l’agrandissement pour ouvrir

J’espère que mon article vous incitera à venir admirer cette cazelle.

Pour en savoir plus sur les cazelles du Lot, consultez un de mes anciens articles intitulé : Lot. La gariotte et la cazelle lotoise.